REFORMES  STRUCTURELLES

Pour   relancer   la   croissance  à  moyen   terme  et   favoriser   un   processus   de   diversification   compatible  avec   les   besoins   de   création   d’emplois,   la   CEMAC   doit   améliorer   sa   compétitivité   et   renforcer   le  degré  d’intégration  de  ses  économies.  Le  premier  objectif  des  réformes  structurelles  est  de  renforcer la   diversification   économique   et   le   développement   du   secteur   privé   (OG   9).   Les activités   de   la  CEMAC  sont  très  concentrées  sur l’exportation  de  matières  premières  brutes,  contribuant  faiblement  à  la  création  d’emplois,  à  l’éradication  de  la  pauvreté  et  à  l’industrialisation  des  économies  des  pays  de  la  sous-­‐région.
Partant   du   constat   que   cette   croissance,   du   côté   de   l’offre,   est   tirée   par   les   industries   extractives  (secteur  primaire)  et  du  côté  de  la  demande  par  la  commande  publique  (insuffisante  structuration  du secteur  privé),  la  CEMAC  a  entrepris  depuis  lors  des  actions  axées  sur  l’industrialisation dans  le  but  de  dynamiser  la  compétitivité  des  unités  de  production  (du  secteur  privé  notamment),  d’accroitre  la  contribution  du  secteur  secondaire  au  PIB  et  d’améliorer  l’accessibilité  des  produits  manufacturiers de  la  CEMAC  aux  marchés  régionaux  et  internationaux. 
Plusieurs   études   et   projets   sont   en   cours   d’exécution :   il   s’agit   de   l’étude   sur   l’élaboration   de   la  Politique   Communautaire   de  Développement   Industriel   prenant   en   compte   les   chaînes   de   valeur  internationales,   de   la   Stratégie   Commune   d’Amélioration   de   la   Compétitivité   économique   et  commerciale  intégrant  les  chaînes  de  valeur  transfrontalières,    du  Programme  de  Restructuration  et de  Mise  à  Niveau  des  Entreprises   (PRMN),  du  Programme  Infrastructure  Qualité  d’Afrique  Centrale (PIQAC)  et  de  la  Politique  commune  de  la  métrologie  de  la  CEMAC  (CEMACMET).
En  outre,  la  conception  et  l’application  d’une  stratégie  intégrée  de  diversification  des  économies  au  niveau   national   est   indispensable.   L’expansion   des   infrastructures   de   base   (transport,  télécommunications),  le  développement  des  ressources  humaines,  notamment  via  l’amélioration  des  systèmes  publics  de  formation,  sont  autant  de  supports  au  développement  de  l’activité  économique. 
Le  second  objectif  des  réformes  structurelles  est  l’amélioration  du  climat  des  affaires (OG10).  Cette  amélioration  pourrait  passer  par  la  diminution des  coûts  de  transaction  des  entreprises  et  des  droits  d’enregistrement,  la  mise  en   place  d’incubateurs   ou  encore  l’établissement   d’une   charte   régionale  de   la   PME   formelle,   sur   le   modèle   du   « Small   Business   Act ».   Il   faudra   également   œuvrer   à  l’augmentation   du   nombre   des   tribunaux   de commerce   pour   faciliter   le   règlement   des   différends commerciaux   ainsi   qu’à   la   lutte   contre   la   corruption.   Le   fonctionnement   du   marché   du   travail  pourrait   être   amélioré   par   la   simplification   des   dispositifs   institutionnels   d’embauche   et   de  licenciement   ainsi   que   l’intensification   de la   formation   professionnelle   et   technique.   Enfin,   une  réforme   fiscale   pourrait   améliorer   la   compétitivité   des   Etats   membres   (cf.   OG1). 
L’opérationnalisation  de  l’Observatoire  du  Climat  des  Affaires  en  zone  CEMAC  devrait  permettre  un  meilleur   suivi   de   la   dynamique   du   système   productif. Il   serait   utile   que   cet   observatoire   puisse  centraliser   l’information   au   niveau   régional,   de   manière   à   pallier   les   éventuels   retards   dans   la  transmission  des  données  statistiques  par  les  Etats  membres.
Enfin,   il   est   crucial   d’accroître   le   financement   alternatif   des   économies   (OG   11). Les   mesures  proposées   visent   à   favoriser   l’accès   des   PME-­‐PMI   du   secteur   formel   aux   financements   bancaires  traditionnels   mais   également   à   développer   d’autres   modes   de   financement   (crédit-­‐bail, fonds  d’investissement  dédié  aux  PME).  Les  arrangements  institutionnels  avec  le  secteur  privé  tels  que  les  partenariats   Public/Privé   (PPP)   devraient   par   ailleurs   être   privilégiés.   Les   deux   autres   pistes proposées  consistent  à  développer  les  organismes  de  placements  collectifs  et  de   faciliter  l’accès  au  financement  islamique.