Célébration de la 7ème Edition de la Journée de la CEMAC consacrée à la paix et à la securité

Les citoyens de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale viennent de célébrer la 7ème Edition de la Journée marquant la date de signature du Traité créant leur organisation le 16 mars 1994 à Ndjamena.

Partout dans les capitales des six Etats membres de la Communauté: le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad des exposés et jeux sportifs ont été organisés pour célébrer cette journée. Tenant compte l'actualité en zone CEMAC  faite de crise qui menace la paix dans la sous-région, le thème de l’année ne pouvait que refleter cette situation, "Promouvoir la paix, la sécurité, et l’intégration en Afrique Centrale".

En effet, cet important événement se passe à un moment où la Communauté fait face à de nombreux défis: la crise en République Centrafricaine, pays de Siège de l’Organisation et l’instabilité créée par les groupes terroristes ayant des effets très négatif sur son fonctionnement ainsi que les projections économiques.  De nombreux projets d’intégration ou transfrontaliers sont ralentis ou bloqués.

Au Congo où le Président de la Commission S.E.M. Pierre Moussa a célébré l’événement, outre les exposés à l’Université Marien Ngouabi et les interventions en direct dans les médias, il a animé une grande conférence de presse le 20 mars 2015 à l'h*otel LEDGER en présence du Ministre Délégué de l'Economie M. Raphaël MOKOKO et celui en charge du Commerce Mme Claudine MUNARI.

Devant un parterre des journalistes représentant les médias publics comme ceux du privés, Pierre est revenu longuement sur les défis auxquels fait face la communauté et les perspectives d'avenir.  L’épineux problème de la libre circulation de personnes dans l’espace CEMAC, le baromètre privilégié par les sceptiques pour juger l’état de santé de la communauté n’a pas été perdu de vue.  

Malgré les difficultés, toutes surmontables selon le Président de la Commission, l’espoir d’une Afrique Centrale émergent et où règnent la paix et la sécurité est plus que permis.  Le Programme Economique Régional (PER), principal cadre d’action et de mise en cohérence des programmes sectoriels communautaires, prend de plus en plus de forme avec sa révision en cours pour l’adapter aux réalités actuelles.

Pour lui, il n’y a pas d’alternative crédible à l’intégration sous régionale, premier pas vers l’intégration africaine.  « La mondialisation a favorisé l’éclosion de grandes économies émergentes.  Les petites économies comme celle de l’ensemble des pays de la CEMAC sont d’une grande vulnérabilité, notamment face aux chocs extérieurs » a-t-il martelé.

La création de vastes espaces unifiés exerce un effet d’entrainement sur le commerce intracommunautaire, stimule la mise en place d’infrastructures de soutien à la compétitivité, et au total sur la production. Comme le démontre les résultats des études menées çà et là, le renforcement de l’intégration économique se traduirait par croissance supplémentaire par habitant. 

A la question de savoir s’il croit toujours à la CEMAC, Pierre Moussa n’a pas hésité un seul instant pour réaffirmer avec promptitude son penchant panafricaniste.  « Si je ne croyais pas en la CEMAC », disait-il, "je n’aurais pas sollicité de prendre en main la direction de la Commission, l’exécutif de l’Organisation Communautaire".

Maintenant sa ligne de combat, faire de la CEMAC une véritable organisation des peuples, il a lancé un appel pressant à toutes les couches sociales pour s’approprier l’idéal communautaire. Rendez-vous est pris pour 2016.

Commission de la Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale
Immeuble CEMAC, Avenue des martyrs - BP 969 - Bangui - République Centrafricaine
Tél : (+236) 21 61 47 81 - fax : (+236) 70 14 15 66