Déclaration de la Commission de la CEMAC sur la situation en République Centrafricaine

DÉCLARATION DE LA COMMISSION DE LA CEMAC

sur la situation en République Centrafricaine

Douala, le 08 janvier 2014

 

Depuis plus d’un an la République Centrafricaine est ravagée par une crise politico-sécuritaire extrêmement grave qui menace jusque dans ses fondements ce pays qui abrite par ailleurs le Siège de la Commission de la CEMAC. Elle constitue en outre un grand danger pour la solidarité et la fraternité qui ont toujours structuré les relations historiques entre les divers peuples de la CEMAC en particulier et de l’Afrique Centrale en général.

La Commission rappelle que le texte fondamental constitutif de la CEMAC, à savoir le traité a pour but de « renforcer la solidarité entre les Peuples des États membres, dans le respect de leurs identités nationales respectives, de promouvoir la paix et le développement harmonieux des Etats membres afin de passer à une situation d’Union susceptible de parachever le processus d’intégration économique et monétaire ».

C’est pourquoi, malgré la succession des crises violentes qui secouent la République Centrafricaine de novembre 2012 à ce jour, la Commission a continué à travailler à Bangui, dans les conditions de plus en plus difficiles il est vrai, suivant en cela les directives de la Conférence des Chefs d’État de la CEMAC, réunis à Libreville le 14 juin 2013, et soucieux de réaffirmer leur solidarité à l’endroit d’un pays membre dans l’épreuve.

Aussi, face à l’aggravation actuelle de la situation, la Commission exprime sa consternation et sa très vive inquiétude devant les atrocités commises contre les paisibles populations centrafricaines et étrangères, résidant en RCA.

C’est ici le lieu de saluer l’action de la CEEAC et de l’UA ainsi que celle de toute la Communauté Internationale qui ont déployé des efforts soutenus dans le but de mettre un terme rapide aux souffrances des populations et à la désintégration de la République Centrafricaine.

En dépit de l’engagement des Forces Françaises de l’Opération Sangaris aux côtés des Forces Africaines de la MISCA, la situation ne cesse de se dégrader, au risque d’échapper à tout contrôle.

La confessionnalisation de la crise et les dérives xénophobes, qui se développent, engendrent un processus cumulatif de violences des plus insensées. La Commission de la CEMAC constate avec effroi la déchirure intercommunautaire de plus en plus béante ; et ceci, au moment même où, à travers la revendication de la Libre Circulation des personnes, elle engage une dynamique forte pour l’édification d’une CEMAC des Peuples, tout naturellement voués au brassage, du fait de leurs liens forgés par l’histoire et par la consanguinité.

La Commission tient à souligner ici son attachement au pays du Siège, qui a abrité tant d’initiatives en faveur de la construction communautaire et de la solidarité entre les Peuples de la CEMAC.

Aujourd’hui, l’accumulation des exactions a déterminé tous les pays, y compris ceux de notre organisation sous régionale, à évacuer leurs ressortissants de la RCA.

Aussi, constatant l’impossibilité absolue d’un fonctionnement normal dans le pays du Siège, et notamment à Bangui. Face à l’urgence, la Commission se résigne à se replier à Douala, ville directement reliée à toutes les capitales de la CEMAC par de nombreuses liaisons aériennes et cela pour un temps très limité, jusqu’à ce que la Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC puisse statuer, en dernière analyse, de façon appropriée.

La Commission exhorte les Peuples de la RCA à éviter le piège de la division et le cycle de violences, se ressaisir et à s’engager dans la voix de la réconciliation nationale et à rétablir des relations fraternelles avec les Peuples de la Communauté de l’Afrique Centrale et les autres Peuples de l’Afrique, pour le plus grand bien de l’intégration de notre sous-région et sa progression vers l’émergence économique.

 

 

      La Commission de la CEMAC 

Commission de la Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale
Immeuble CEMAC, Avenue des martyrs - BP 969 - Bangui - République Centrafricaine
Tél : (+236) 21 61 47 81 - fax : (+236) 70 14 15 66