Réunion Technique avec cabinet architecture

Démarrage imminent des travaux de réhabilitation du patrimoine de la CEMAC à Bangui


En ouvrant les travaux de la réunion technique qui a réuni autour de lui les directeurs de la chaîne financière et les représentants des entreprises, le mardi 23 avril 2019, le Président de la Commission de la CEMAC n'est pas allé par quatre chemins pour rappeler l'exigence forte des Chefs d'État de la CEMAC, pour le retour de la Commission à son siège d'origine.


En effet, le Pr Daniel Ona Ondo a exprimé l'urgence de démarrer les travaux à Bangui pour respecter à la lettre, la décision de la Conférence des Chefs d'État de la CEMAC du 24 mars dernier à N'Djamena. Pour lui << Actuellement, nous disposons de 9 villas à la cité CEMAC plus les deux du centre ville. La priorité c'est de démarrer les travaux sans attendre >>. 


En plus de ce patrimoine propre, la Commission de la CEMAC a bénéficié, a martelé le Président, de 4 villas offertes par le gouvernement centrafricain. << Je voudrai que vous me dites quand on peut commencer les travaux. Il faut que cela se fasse au plus vite car ça va rassurer le gouvernement centrafricain sur notre volonté de retour >>.


A la suite de son intervention, Jean-Lambert Idodo, le Directeur Général de SABA BTP, a longuement exposé sur les contours techniques. Après la restitution des études, il a indiqué que un conglomérat d'entreprises de la sous-région était formé et fin prêt à donner les premiers coups de pioche. En termes de travaux à réaliser à Bangui, il a notamment cité : le génie civil, le gros oeuvre, les études topographiques, la plomberie industrielle et bâtiment, les voiries et l'équipement informatique, électronique et sécurité. De même, il a relevé le nom des entreprises à savoir: TOPO SET de la RCA, CBG du Cameroun, PRO IMPACT du Tchad,  JUENEA Industriel S.A de Guinée-Équatoriale, SABA BTP du Gabon et INTERIM 2000 du Congo.


En outre, M. Jean-Lambert Idodo a souligné, pour répondre à l'interrogation du Président de la Commission, que dans la mesure où les financements sont disponibles, les travaux de réhabilitation du patrimoine de la CEMAC se feront en 8 mois. Avant de conclure, il a tout de même souligné les aléas liés au transport du matériel, en raison des groupes armées qui opèrent souvent sur le tronçon reliant Douala à Bangui, duquel partiront certains matériaux de construction.


Avant de prendre congé, le Président de la Commission a apprécié le sérieux de l'organisation de ce chantier et surtout vanté la mise en commun des sociétés locales pour la réalisation de ce projet. Il a souhaité que le cahier des charges de la Commission soit respecté, de façon à ce que la réfection du patrimoine de la CEMAC assure le confort, la sécurité et de bonnes conditions de vie et de travail pour ses équipes. 


Pour joindre la parole à l'acte, le patron de la Commission a mandaté une mission conjointe, cadres de la CEMAC et représentants des entreprises, afin d'aller à Bangui dès le mercredi 24 avril 2019.

Enfin, des sources bien introduites sur ce dossier indiquent que le lancement effectif des travaux devrait se faire dans les tous prochains jours.