Ouverture des travaux

La 36ème session ordinaire du Conseil des Ministres de l’UEAC s'est ouverte le mercredi 27 Janvier 2021 par visioconférence, sous la présidence de M. Alamine OUSMANE MEY, Ministre Camerounais de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire Président en exercice dudit conseil. Occasion pour les participants de plancher entre autres sujets sur la persistance de la menace Covid 19, le point sur le processus de rationalisation des communautés économiques régionales d’Afrique Centrale, et l’examen et l’adoption du mécanisme précoce des déséquilibres macroéconomiques en zone CEMAC.

A cette occasion, le Pr Daniel Ona Ondo, Président de la Commission de la CEMAC a prononcé un discours dense, faisant un round up des activités de la Commission dont il a la charge et a abordé plusieurs points majeurs qui constituent à n’en point douter la quintenence de son intervention. En effet, le numéro un de la Commission dans un style dont lui seul a le secret, a salué la stratégie de riposte contre la Covid-19, mise en place par les États membres et les institutions communautaires : « Dès l’apparition au mois de mars 2020 dans notre Communauté, du premier cas de Covid-19, les gouvernements des États membres et les Institutions communautaires ont anticipé les premières vagues de contamination par l’adoption très tôt, aussi bien à l’échelle nationale que régionale, de plans de riposte pour faire face aux conséquences humaines, sociales et économiques de la pandémie. Cette stratégie a eu son effet escompté. La déferlante tant annoncée n’a pas eu lieu. Nos dispositifs ont tenu >>.

En ce qui concerne le rapport des activités des organes et institutions, le Pr Daniel Ona Ondo a noté que la situation sanitaire et la sécheresse des caisses ont certes perturbé le fonctionnement mais l’essentiel a été accompli. Ainsi, il relève « Parmi tant d’autres, les actions de la CEBEVHIRA en faveur du secteur de la pêche dans le cadre du Programme PPCA-II/CEMAC. La mise en œuvre hardie par l’OCEAC du Plan sous régional de riposte contre la Covid-19, financé par le FODEC, l’Aide Budgétaire Globale Française et la BAD.
Plus de 300 produits d’origine ont obtenu un agrément CEMAC augurant des perspectives d’amélioration significative des échanges intra-communautaires >>. Et de rajouter << En application des très hautes directives des Chefs d’État, la table ronde des bailleurs pour le financement des projets intégrateurs s’est tenue à Paris. Les partenaires au développement et les Investisseurs ont dans la grande majorité, exprimé leur totale adhésion à notre vision, confortant ainsi notre démarche par des engagements massifs de l’ordre de 3,8 milliards d’euros pour des besoins recherchés de 3,4 milliards d’euros >>.

Abordant le financement de la communauté, il insiste : << La 36ème session du Conseil des Ministres qui nous réunit, ce jour, a vocation à examiner le Projet de Budget de la Communauté pour l’année 2021. Plus qu’un exercice de style, il s’agit de doter les Institutions Communautaires de moyens notamment financiers pour réaliser leurs programmes, conformément aux missions qui leur ont été assignées par les Plus hautes Instances décisionnelles de la Communauté. Les années passent et à chaque fois, nous observons, pour le déplorer tous, un fossé béant entre l’ambition de construire un destin commun et les ressources effectivement mobilisées, en dépit des textes qui consacrent leur indépendance vis-à-vis des Trésors nationaux. Textes qui prévoient par ailleurs des sanctions en cas de non-observation par les États. Malheureusement, loin de regarder ce que la Communauté aurait pu réaliser si les dispositions de l’acte additionnel relatif à la TCI étaient implémentées ; loin de s’interroger sur la pertinence de la structuration institutionnelle, s’est installé et entretenu un débat pernicieux sur le fonctionnement de nos Institutions, qui a pour effet désastreux, le resserrement aggravé des vannes des ressources, ce qui a pour conséquence de mettre à rude épreuve la solidarité entre nos États. A cet égard, Il faut saluer l’étude sur la viabilité budgétaire demandée par le conseil des Ministres, qui proposera des pistes de solutions. Mais tant que les dispositions pertinentes de la collecte de la TCI, ne seront pas appliquées, on continuera à tourner en rond ».

Pour sa part, le Ministre camerounais de l'économie, Président du Conseil des Ministres de l'UEAC, M. Alamine Ousmane Mey a surtout insisté pour que la double crise sanitaire et économique que traverse la sous-région, soit une opportunité pour le développement des États de la CEMAC. Aussi, il n'a pas manqué d'interpeller ses collègues en charge des finances, sur la nécessité de recouvrement de la TCI, pour assurer un fonctionnement optimal des institutions communautaires. Sur ces mots, il a officiellement ouvert les travaux qui porteront, entre autres, sur l'examen et adoption du budget de la Communauté exercice 2021, l’examen et l’adoption des grandes orientations des politiques économiques des États membres de la CEMAC, et l’examen et adoption du programme statistique sous régionale 2021-2030 de la CEMAC.

 

Président et Vice Président