La réalisation de l’axe 2 doit permettre de lever quelques blocages structurels au développement de l’investissement dans la zone CEMAC. Cet axe déterminera le rythme de mise en œuvre du PER. Sa faible mise en œuvre décalera la mise en œuvre de l’ensemble du PER car maintenant des blocages incontournables, sa mise en œuvre réussie ouvrira la voie aux projets suivants et installera une bonne dynamique pour l’horizon de l’émergence en 2025.

Six blocages critiques devront impérativement être levés d’ici 2013 au moins à travers trois objectifs stratégiques (« consolider la bonne gouvernance » ; « Améliorer l’environnement des affaires et promouvoir l’investissement » ; « approfondir l’intégration économique ») ; lesquels le seront à travers les projets ci-après :
• le renforcement des capacités de la Commission de la CEMAC ;
• la sécurisation du financement de la CEMAC ;
• l’élaboration de politiques communes précises et pointues dans les secteurs supports avec les études techniques requises (électricité, transports, télécommunications, services financiers),
• la mise en place du Fonds Émergence CEMAC. Le Fonds Émergence, avec l’ensemble de ses guichets (Infrastructures, Énergie) devra être opérationnel à partir de 2013.
• la mise en place d'un cadre régional de référence pour les Partenariats Publics Privés et ;
• le renforcement du système statistique de la CEMAC.

Les autres projets devront être poursuivis ou initiés pour consolider l’environnement des affaires dans la zone CEMAC : Il s’agira notamment de poursuivre la dynamique de bonne gouvernance initiée dans le cadre du Programme des Réformes Institutionnelles (Réforme des marchés publics, audit et suivi de la gouvernance des Organes et Institutions communautaires, d’approfondir l’intégration économique, de renforcer la transparence dans la gestion des affaires économiques et le suivi de la mise en œuvre.