La   diminution   des   réserves   de   la   BEAC   est   l’aspect   le   plus   frappant   de   la   crise   économique   et  
financière  que  subit  la  CEMAC.  La  reconstitution  des  réserves  de  change est  donc  le  premier  objectif  
en   matière   de   politique   monétaire   (OG4). Il est   impératif   d’appliquer   rigoureusement   la  
réglementation  de  change,  les  mesures  conservatoires  prévues  aux  statuts  de  la  BEAC  et  d’accélérer  
le   rapatriement  des  avoirs  par  les  Etats.  A  cet  égard,  une   réforme  des  conditions  de   rémunération  
des   avoirs   en   devises   des   Etats   par   la   Banque   Centrale   est   nécessaire.   Il   serait   souhaitable   que   la  
BEAC  procède  à  un  « ratissage  des  réserves »  au  cas  où  le  Compte  d’Opérations  devenait  débiteur  et  
que   les  Ministères   des   Finances,   responsables   de   l’application   de   la   réglementation   commune   des  
changes,   contrôlent   effectivement   les   sorties   de   capitaux,   notamment   des   multinationales.   En  
revanche,  la  liberté  des  changes  pour  les  opérations  courantes,  en  particulier  commerciales,  doit  être  
maintenue   moyennant   un   renforcement   du   dispositif   de   contrôle   de   vraisemblance,   car   elle   est  
essentielle  à  l’activité  économique.  Enfin,  un  recours  coordonné  au  FMI  est  impératif.
Le   renforcement   de   l’efficacité   de   la   politique   monétaire   (OG5)   doit   passer   par   le   respect   de  
l’indépendance  de  la  Banque  Centrale. Il  convient  donc  d’appliquer  rapidement  les  nouveaux  statuts  
de   la   BEAC   qui   visent   à   accroître   son   autonomie   et   sa   transparence   financière.   Mais   celles-­‐ci   ne  
seront   véritables   que   si   les   gouvernements   en   ont   la   volonté   politique.   Les   réformes   visant   à
renforcer  le  cadre  stratégique,  institutionnel  et  opérationnel  de  la  politique  monétaire  doivent  être  
finalisées.  Le  montant   total  des  créances  détenues  par  la  Banque  Centrale  sur  les  Etats  ne  doit  pas  
dépasser  20%  des  recettes  budgétaires  ordinaires  de  l’exercice  écoulé.  La  réduction  du  financement  
monétaire  direct  et  indirect  des  déficits  publics  permettrait  de  redonner  une  marge  d’accroissement  
des  crédits  à  l’économie  sans  relance  monétaire  excessive.  
La  CEMAC  doit  également  œuvrer  pour le  renforcement  de  la  stabilité  et    l’inclusion  financière,  ainsi  
que   de   la   lutte   contre   le   blanchiment   (OG6). La   chute   du   prix   du   pétrole   pourrait   entraîner   une  
fragilisation   du   secteur   financier   ainsi   qu’une   réduction   du   rythme   de   crédit   au   secteur   privé.   La  
croissance  du  crédit  au  secteur  privé  a  été  négative  en  2015,  pour  la  première  fois  depuis  dix  ans.  Le  
renforcement  de  la  surveillance  du  système  financier  sous-­‐régional  doit  passer  par  l’amélioration  de  
la  mise  en  œuvre  du  cadre  de  supervision  micro-­‐prudentielle,  complété  par  une  supervision  macro-­‐
prudentielle.   D’autre   part,   l’accès   des   populations   aux   services   financiers   doit   être   amélioré,  
notamment   par   une   baisse   des   coûts   d’accès   à   ces   services,   en   combinant   régulation   et   diffusion  
d’innovations   technologiques   telles   que   la   banque   mobile.   Par   ailleurs,   la   redynamisation   des  
marchés   financiers   (OG7) devrait   passer   par   l’augmentation   de   la   profondeur   et   du   potentiel   du  
marché  boursier.  Le  marché  financier  de  la  CEMAC  restant  embryonnaire  et  fragmenté,  il  serait utile  
de   rationaliser   l’activité   des   bourses   de   Libreville   et   Douala   et   de   faciliter   le   financement   par  
émission   de   titres   par   les   Etats   et   les   entreprises   privées.   L’ouverture   du   capital   des   entreprises  
publiques   au   privé   a,   en   particulier,   l’avantage   de régler   la   question   de   l’éviction   des   ressources  
publiques   (réduction   des   subventions   des   Etats   à   ces   entreprises),   et   partant   la   promotion   de   la  
diversification.  Une  agence  régionale  d’appui  à  l’émission  et  la  gestion  de  titres  publics  pourrait  être  
créée.  Enfin,  il  est  nécessaire  de  mettre  en  œuvre  la   réforme  de  la  BDEAC   (OG8),  afin  qu’elle  joue  
pleinement  son  rôle  dans  l’accompagnement  du  secteur  privé  et  le  financement  de  l’économie.