L’accélération  de  l’édification  du  marché  commun  (OG12) passe  avant  tout  par  le  renforcement  de  
l’Union   Douanière.   La   pratique   des   exonérations   douanières   accordées   à   certains   importateurs  
permet   aux   Etats   de   déroger   au   Tarif   Extérieur   Commun.   L’harmonisation   des   catégories  
d’exonérations   douanières   utilisées   par   les   différentes   administrations   des   douanes   permettrait  
d’apporter  plus  de  transparence  à  cette  pratique  et   faciliterait  l’exercice  d’évaluation  des  dépenses  
fiscales.  Cela   rendrait  également  possible  un  suivi  plus   rigoureux,  qui  devra  passer  par  une  analyse  
approfondie   des   données   du   commerce   en   douane   au   niveau   pays,   par   catégorie   d’importations.  
D’autre  part,  des  obstacles  non  tarifaires  persistent.  Une  étude  sur  l’application  des  règles  d’origine  
est  nécessaire  pour  en  apprécier  l’impact  et  envisager  des  modifications.  
La   libre   circulation   des   biens   et   des   individus   et   la   liberté   d’établissement   dans   l’espace   CEMAC  
participent  également  à  l’approfondissement  de  l’intégration  régionale.  La  Commission  de  la  CEMAC  
doit  suivre  les  difficultés  pratiques  de  mise  en  œuvre  du  principe  de  libre  circulation  des  personnes  
ainsi  que  l’effectivité  du  principe  de  liberté  d’installation.  
Le  renforcement   des   appareils   statistiques   nationaux   et   de   l’appareil   statistique   communautaire  
(OG13),   actuellement   insuffisants   pour   le   suivi,   la   coordination   et   une   surveillance   plus   stricte   des
politiques  d’intégration,  est  également  indispensable.  La  disponibilité,  la  fiabilité  et  la  comparabilité  
des  données  et  statistiques  en  matière  de  comptabilité  nationale,  indice  des  prix,  finances  publiques  
et   commerce   extérieur,   doivent   être   améliorées   significativement.   Il   est   essentiel   de   procéder   en  
premier  lieu  à  l’identification  des  besoins  en  statistiques  avant  d’aller  vers  une  harmonisation  de  la  
production   statistique   des   Etats  membres,   de   qualité  et   comparable   au   sein   de   la   Sous-­‐Région.   Le  
renforcement   de   l’appareil   statistique   passe   par   l’amélioration   de   la   collecte   et   la   centralisation  
systématique  des  données  et  statistiques,  par  leur  vérification  et  leur  diffusion.  
Enfin,   le   renforcement   de   l’intégration   régionale   passe   par   la   réalisation   du   deuxième   Plan  
Opérationnel  du  PER  couvrant  la  période  2017-­‐2021   (OG14) et  en particulier  la  mise  en  œuvre  de  
projets  intégrateurs  visant  à  réduire  le  déficit  en  infrastructures  prévus  dans  le  PER   (infrastructures  
routières  – hard  et  soft,  télécommunications  – fibre  optique  dans  le  cadre  du  projet  « Central  African  
Backbone »).