Coopération / Groupe Afrique Caraïbe Pacifique (ACP) / Union Africaine (UA) /Bruxelles :

Des pistes de coopération nouvelles en toile de fond

Poursuivant la série de rencontres qu'il a entamé depuis son arrivée à Bruxelles, le Président de la Commission de la CEMAC, Pr Daniel Ona Ondo a devisé avec le Dr Coulibaly, Expert en coopération pour le financement du développement ACP et Awad Sakine Ahmat, le représentant permanent de l'UA à Bruxelles.

Le mardi 13 mars 2018 a été une journée chargée pour le Président de la Commission de la CEMAC, tant il a eu des échanges approfondis sur les questions de coopération et de développement avec l'expert et le représentant des organisations internationales qui sont dans le viseur de la CEMAC.

A commencer par le Dr Coulibaly, avec lequel les discussions ont notamment porté sur les négociations sur les Accords de Partenariat Économique (APE) entre l'UE et les ACP au mois d'août 2018. Après avoir présenté la réflexion de son organisation à ce sujet, l'expert des ACP a invité le Président de la Commission à entreprendre les démarches qui densifieraient les relations entre les deux entités. Pour ce faire, la désignation d'un représentant permanent de la CEMAC à Bruxelles, siège du secrétariat général du groupe ACP, est apparu comme une priorité. Également, l'expert a souhaité que la CEMAC soit partie prenante lors des travaux du Conseil des Ministres du mois de mai prochain à Lomé, afin que la CEMAC défende la position de la région Afrique Centrale durant les pourparlers qui déboucheront sur le mandat de négociations des pays membres des ACP.

Avec M. Awad Sakine Ahmat, le Pr Daniel Ona Ondo a été édifié sur les grands enjeux de l'heure au niveau de l'UA. Il a été question de l'agenda 2030, de l'agenda 2063, du plan décennal et du projet de zone de libre échange continental. Sur toutes les questions politique, économique, sociale ou migratoire ; l'UA entend mettre un accent particulier sur la contribution des Communautés Économiques Régionales (CER), a poursuivi l'orateur. Par ailleurs, a-t-il mentionné en substance, l'organisation africaine réfléchit également sur les accords post-Cotonou avec l'UE. Étant donné que l'UA devra jouer le rôle de chef de file en défendant une position commune des États africains. En définitive, le représentant permanent a souligné que la CEMAC pourrait très bien bénéficier des financements du NEPAD, qui est aujourd'hui une agence d'exécution des projets de développement à l'échelle continental. Et ce d'autant plus que la CEMAC dispose d'un plan de développement (PER) qui correspond aux attentes de cette agence. Il s'est donc engagé à établir ce contact qui devrait, selon lui, déboucher sur du concret en terme d'accompagnement et d'appui aux projets intégrateurs.