TICAD 2019

La CEMAC compte attirer les investissements japonais pour les projets intégrateurs

Durant la seconde journée du TICAD 7, ce jeudi 29 août 2019, les participants au panel de discussion de haut niveau ont notamment planché sur trois piliers concernant l’économie, le social ainsi que la paix et sécurité.

Le premier pilier avait pour thème : Positionner le business au cœur de la TICAD pour réaliser l’investissement privé de plus de 20 milliards de dollars. Les objectifs affichés par la partie japonaise consistent à contribuer à l’amélioration de l’environnement des affaires en Afrique, de soutenir la transformation économique à travers la promotion du secteur privé japonais en Afrique et l’innovation. Également, la formation de 140.000 personnes pour diversifier les industries et créer des emplois dans les domaines de l’agriculture et l’économie bleue, ainsi que de soutenir les femmes entrepreneurs par des financements pour leurs activités.

Le deuxième pilier : Réaliser la sécurité humaine et les Objectifs de Développement Durable (ODD). Concrètement, le Japon va contribuer à l’élaboration d’une société résiliante et durable sur le continent. En effet, l’amélioration de la qualité de vie et de la croissance économique passe par un meilleur accès aux soins de santé primaire, l’amélioration de la nutrition des enfants et à sauver des vies. Dans ce domaine, les objectifs nippons sont de diffuser l’assurance maladie à trois millions de personnes en Afrique, de former 26000 personnels de santé et sauver 500.000 patients atteint du sida, de la tuberculose et du paludisme. Il est aussi question d’offrir une éducation de qualité à trois millions d’enfants, de mettre en place un plan de réduction des risques de désastre dans 20 pays d’Afrique et d’assurer le développement durable urbain.

Enfin, le troisième pilier : Soutenir les initiatives prises par l’Afrique. Pour ce faire, le Japon entend soutenir les initiatives prospectives en faveur de la paix et de la stabilité, condition indispensable à la croissance, à l’investissement et à l’amélioration de la qualité de vie à travers la Nouvelle Approche pour la paix et la Stabilité en Afrique (NAPSA). La vision est de développer des institutions telles que celles en charge de la gestion électorale et le système administratif. En outre, le Japon va fournir des équipements de sécurité, renforcer les capacités à travers 15 centres d’entraînements aux opérations de maintien de la paix et de soutenir les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et prévenir la radicalisation des jeunes par le soutien à la société civile et aux communautés.

Cette liste non exhaustive des actions que l’empire du soleil levant compte poser dans les deux prochaines années, n’a pas manqué de susciter l’intérêt du Président de la Commission de la CEMAC. Aussi, le Pr Daniel Ona Ondo a relevé que le plan d’action du TICAD 7 cadre parfaitement avec les priorités identifiées dans le Programme Économique Régionale (PER), duquel découlent les projets intégrateurs. De fait, il a considéré que l’abondante enveloppe du TICAD pourrait permettre de donner un coup de fouet aux projets infrastructurels, énergétiques et agricoles dans la sous-région Afrique centrale. Les contacts de haut niveau noués permettront, a-t-il conclu, de mettre les départements techniques de la Commission au travail pour que la CEMAC puisse tirer profit des nombreuses opportunités de financement que le Japon met à disposition de tout le continent.

69205652_1557197837738649_2606145374498324480_n.jpg 69163653_1557197607738672_5202275404953419776_n.jpg