projets intégrateurs CEMAC

La Guinée - Équatoriale veut accélérer la mise en œuvre de ses projets intégrateurs


Après le Gabon la semaine dernière, où il a procédé aux côtés des membres du Gouvernement au lancement des études routières, le Président de la Commission de la CEMAC a encore revêtu son bâton de pèlerin des projets intégrateurs en prenant langue avec les autorités guinéennes au sujet de l’interconnexion électrique et de la construction d’un port sec dans la zone des trois frontières. 
En ouvrant les travaux, le Ministre d’Etat de l’Intégration, Baltazar Engonga a planté le décor en relevant que la présence de ses collègues de l’Interieur et de la Sécurité, des Mines et Énergie, ainsi que celle du Secrétaire d’Etat aux finances, celui des Affaires Étrangères et celui des Travaux Publics, illustre la volonté de son pays de donner un coup d’accélérateur aux projets intégrateurs.

Dans son intervention, le Pr Daniel Ona Ondo a rappelé que le projet d’interconnexion électrique entre la Guinée-Equatoriale et le Gabon avait déjà fait l’objet d’un travail préalable par le pôle énergétique d’Afrique centrale. En insistant sur l’impact social avec l’amélioration des conditions de vie des populations et économique avec l’accroissement de la production des biens et services par les entreprises, le Président de la Commission a jugé opportun de remettre ce projet au goût du jour. Un projet qui a d’ailleurs reçu l’aval des deux pays lors de la réunion de Douala au mois de juillet dernier.

Abordant le second projet, le Président de la Commission a expliqué que dans le Programme Économique Régional (PER), la construction des ports - secs a été identifiée comme prioritaire. Aussi, la zone des trois frontières entre le Cameroun, le Gabon et le Guinée-Equatoriale semble propice pour en abriter un. Au regard du regain d’activité dans cette zone, l’orateur a présenté les avantages de ce projet qui permettra d’une part de booster les économies de la sous - région et d’autre part, d’intensifier les échanges commerciaux entre ces pays. Il a révélé le mode opératoire de ce projet qui peut se faire sous forme de partenariat public - privé (PPP), car a-t-il insisté, les grands groupes à l’instar d’OLAM sont intéressés et seraient prêts à investir.

En réponse, le Ministre d’Etat a confirmé l’existence d’un projet de protocole d’accord entre son pays et le Gabon au sujet de l’interconnexion électrique. De facto, il a énoncé les lignes de connexion électrique concernées par ce projet que sont : Mongomo - Oyem, Ebebiyin - Bitam et Akourenam - Medouneu. Tout en réaffirmant la disponibilité de son gouvernement, il a souhaité que la CEMAC serve d’interface entre les parties, afin d’organiser une rencontre qui aboutira à la signature de ce protocole d’accord.

Concernant la construction d’un port sec dans la zone des trois frontières, le Ministre guinéen a apprécié le caractère innovant de ce projet. Aussi, il a rassuré son interlocuteur sur le grand intérêt de ce projet et donné des assurances sur le fait que les plus hautes autorités seraient saisies de cette initiative de la CEMAC. Plus que favorable à l'effectivité de celui-ci, il a affirmé que son département ministériel saisira officiellement la Commission dans les meilleurs délais. A terme, la perspective de construction d’une zone économique spéciale n’a pas manqué d’être évoquée par le membre du gouvernement, qui a reconnu que le potentiel économique de cette zone lui a été signifié à plusieurs reprises par les opérateurs économiques.

Avant de prendre congé de ses hôtes, le Pr Daniel Ona Ondo a évoqué la question de la libre circulation des personnes et des biens dans la CEMAC. Il a félicité le gouvernement guinéen pour l’adoption du passeport biométrique CEMAC et a encouragé la Guinée-Equatoriale à mettre sur pied son comité national d’origine pour faciliter la certification et la vente des produits nationaux dans la CEMAC. En retour, le Ministre a félicité le Président de la Commission pour les efforts qu’il déploie pour l’intégration et qui sont appréciés par tous et partout. Il s’est dit favorable à une << libre circulation maîtrisée >>, en mettant un accent particulier sur la formation des agents de police aux frontières. C’est sûr une note de satisfaction que les uns et les autres ont pris date pour un prochain rendez-vous.

En somme, la réunion de concertation entre la Commission de la CEMAC et les membres du Gouvernement de la Guinée-Equatoriale de ce jeudi 12 septembre 2019, a tenu toutes ses promesses au regard des conclusions positives et pertinentes.


Projets_Integrateurs_CEMAC-GE.JPG