pref

Téléchargez le PROGRAMME DES REFORMES ECONOMIQUES ET FINANCIERES DE LA CEMAC

descargar PROGRAMA DE REFORMA ECONÓMICA Y FINANCIERA de CEMAC

Download CEMAC ECONOMIC AND FINANCIAL REFORMS PROGRAMM

Face  à  un  choc  dans  une  union  monétaire  avec  un   régime  de  change   fixe,  le  poids  de  l’ajustement   repose   sur   la   politique   budgétaire.   Dans   cette   perspective,   trois   objectifs   généraux   (OG)   ont   été   identifiés.  Premièrement,  la  politique  fiscale  doit  être  renforcée  (OG1). La  politique  fiscale  proposée   consiste   à   relever   le   taux   de   pression  effectif   de   la   fiscalité   indirecte   (TVA  et   droits   d’accises)  et   à   abaisser   la   fiscalité   directe,   en   particulier   celle   concernant   les   bénéfices   des   sociétés   (personnes   morales   uniquement)   afin   d’accroître   la   compétitivité des   entreprises.  

Les   Etats   dont   la   pression   fiscale  est  faible  devront  tenter  de  converger  vers  la  moyenne  de  la  CEMAC.  Une  augmentation  de  la   pression   de   la   fiscalité   indirecte   repose   davantage   sur   une   amélioration   de   l’efficacité   de   la   TVA   qu’un  relèvement  du  taux  standard,  déjà  élevé  dans  l’Union.  Cette  amélioration  de  l’efficacité  de  la   TVA  pourrait  passer  notamment  par  la  rationalisation  des  dépenses  fiscales,  l’usage  d’un  taux  réduit   de  TVA  comme  une  alternative  aux  exonérations  et  l’introduction  d’un  mécanisme  d’auto-­‐liquidation   de   la   TVA   pour   l’importation   de   certains   biens   d’équipement.  

Riches   en   ressources   naturelles,   les   pays   membres   de   la   CEMAC   sont   particulièrement   exposés   au   risque   d’une   érosion   des   bénéfices   taxables  par  une  optimisation  fiscale  agressive  de  la  part  de  certaines  entreprises  multinationales.  Un   renforcement   des   administrations   fiscales   s’avère   nécessaire en   la   matière   par   une   révision   de   la législation   fiscale   régionale   (prix   de   transferts,   établissement   stable,   règle   de   sous-­‐capitalisation)   suivant  le  cadre  inclusif  proposé  par  l’OCDE,  la  revue  des  traités  de  non  double  imposition  ratifiés  par   les  Etats  membres  et  un  effort  de  formation  des  agents  des  administrations  fiscales  concernés.   Le  second  objectif  est  de  rationaliser  et  améliorer  la  qualité  de  la  dépense  publique  en  conduisant   des  politiques  budgétaires  ciblées  (OG2).

Afin  de  ne  pas  compromettre  le  retour  à  la  croissance,  les   Etats   devront   veiller   à   ne   pas   faire   porter   la   réduction   des   dépenses   sur   les   investissements   uniquement.   Il   serait   utile   de   définir   une   méthode   commune   d’évaluation   de   la   rentabilité   économique  et  sociale  des  projets  publics,  comme  ceux  financés  par  l’aide  extérieure.  Une  réduction   des   subventions   des   Etats   aux   entreprises   pourrait   également   être   opérée,   s'appuyant   sur   une   comparaison  de  leur  coût  budgétaire  et  de  leur  impact  économique. L’harmonisation   des   procédures   et   l’amélioration   de   la   coordination   des   politiques   budgétaires,   essentielles  à  la  cohésion  de  l’Union  Monétaire  et  à  l’intégration  financière,  constituent  le  troisième   objectif  (OG3). La  CEMAC  devrait  renforcer  sa  capacité  de  surveillance  de  la  transposition  des  textes   dans   les   législations   nationales,   dont   le   retard   contribue   au  manque   de   transparence   des   finances   publiques.    

D’autre part,  le  Conseil  des  Ministres  de  l’Union  Economique  de  l’Afrique  Centrale  a  eu  à   adopter   un   nouveau   cadre   pour   la   surveillance  multilatérale   qui  est  entré  en   vigueur   le   1er janvier   2017.  La  situation  actuelle  rend  ce  nouveau  cadre  particulièrement  pertinent  puisqu’il  vise  à  adapter   la   norme   budgétaire   à   la   situation   conjoncturelle,   à   éviter   une   croissance   trop   rapide   de   l’endettement  et  l’accumulation  d’arriérés  de  paiements.  

Or  l’application  de  ces  nouvelles  règles  à  la   situation  budgétaire  de  2016  permet  de  constater  l’hétérogénéité  des  situations  des  Etats  membres.   Les  Etats  dont  les  déficits  sont  bien  supérieurs  à  la  norme  doivent  agir  vigoureusement  pour  ajuster   leurs   finances   publiques   à   la   baisse   du   prix   du   pétrole.   De   même,   les   Etats   ne   respectant   pas   le   deuxième  critère  devront  réduire  leur  rythme  d’endettement.  Enfin,  le  point  le  plus  préoccupant  de   l’évolution   budgétaire   est   l’accumulation   des   arriérés   de   paiements,   qui   doivent   être   progressivement  résorbés.


Lire les communiqués finaux du Comité de Pilotage du Programme des Reformes Economiques et Financières de la CEMAC (PREF-CEMAC) :

http://www.cemac.int/CF-SO-PREF-CEMAC 

http://www.cemac.int/CF-SE-PREF-CEMAC