Compte rendu de la participation de la CEMAC

Du 18 au 24 avril 2022 à Washington DC, la Commission de la CEMAC a pris part aux Assemblées annuelles organisées par la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire Internationale (FMI). Au cours de cette mission, d’importantes rencontres bilatérales ont eu lieu, notamment avec la Directrice Adjointe du Département des Statistiques du FMI et le Directeur Adjoint du Département des Finances Publiques du FMI. Du côté de la Banque Mondiale, le Vice-Président de la Banque Mondiale en charge de l’Afrique Centrale et de l’Ouest, la Directrice de l’Intégration Régionale pour les Régions Afrique et MENA et l’Administrateur du Groupe Afrique II à la Banque Mondiale ont échangé avec la délégation de la CEMAC, conduite par le Président de la Commission, Pr Daniel Ona Ondo. Rencontre avec le Directeur Adjoint du Département des Finances Publiques du FMI Abordant la séquence de sa participation aux Assemblées de Printemps 2022 du FMI et de la Banque Mondiale dédiée à la rencontre avec le Département des Finances Publiques du FMI (FAD), la Commission de la CEMAC a de prime abord exprimé sa satisfaction pour les appuis multiformes que ne cesse de lui apporter ce Département dans la Réforme des Finances Publiques ainsi que dans la révision des Directives communautaires en matière de fiscalité. Elle a ensuite fait le point sur l’état de mise en œuvre dans les Etats membres des Directives du Cadre harmonisé de gestion des Finances Publiques en zone CEMAC ainsi que les besoins supplémentaires en matière d’assistance technique pour la mise en œuvre de la réforme des finances publiques. Réunion avec le Département des Statistiques du FMI La rencontre avec le Département des Statistiques du FMI visait à échanger sur le nouveau Programme Statistique Régional de la CEMAC couvrant la période 2021 - 2030 et explorer les canaux par lesquels le FMI peut appuyer sa mise en œuvre. Réagissant à la proposition de la CEMAC de la recherche par le FMI d’un Fonds fiduciaire pour l’appui à la mise en œuvre des actions de ce programme destinées à la coordination, l’harmonisation et le renforcement des capacités, le FMI a partagé l’information de la mise en place par la Banque Mondiale du Fonds fiduciaire pour la facilitation des données et sa disponibilité à rechercher d’autres fonds fiduciaires y relatifs. Le Département des Statistiques du FMI a par ailleurs exprimé sa forte préoccupation concernant la production des statistiques de la Balance des Paiements dans la Région. Pour ce faire, il a invité la BEAC à publier un calendrier de diffusion des statistiques de la Balance des Paiements. Rencontre avec l’Administrateur du Groupe Afrique II à la Banque Mondiale La rencontre avec l’Administrateur du Groupe Afrique II à la Banque Mondiale visait à échanger avec ce dernier sur les principales problématiques et centres d’intérêts pour la CEMAC qui seraient abordées au cours des Assemblées de Printemps 2022 du FMI et de la Banque Mondiale, notamment au cours des rencontres avec la Région Afrique de la Banque Mondiale. De cette rencontre, l’on retiendra principalement que : - Un accent particulier devrait être porté sur la mise en place d’un appui budgétaire et d’un appui institutionnel de la Banque Mondiale à la CEMAC. Pour ce faire, un programme de réformes structurelles compréhensible sur le plan régional devrait être élaboré de sorte à en profiter au secteur privé et aux pays de la Sous-Région non membres de l’IDA ; - Les Bureaux des Administrateurs du Groupe Afrique II au FMI et à la Banque Mondiale se réuniront pour chercher les voies et moyens pour l’aboutissement du dossier du traitement de la dette régionale, en l’occurrence vis-à-vis de la BDEAC, comme dette intérieure ; - Aucun pays de la CEMAC n’a encore achevé le processus de souscription des parts issues de l’augmentation des capitaux de la BIRD et de la SFI, intervenue en 2018 ; - S’agissant du renforcement du financement du secteur privé, la BDEAC pourrait s’investir à structurer les projets pour faciliter leur financement par la SFI et la MIGA. La BDEAC pourrait se rapprocher de la SFI pour bénéficier de ses financements surtout que cette Institution offre également des financements en monnaie locale. Rencontre entre le Vice-Président de la Banque Mondiale en charge de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et les Institutions Régionales de la CEMAC La rencontre entre le Vice-Président de la Banque Mondiale en charge de l’Afrique Centrale et de l’Ouest et les Institutions Régionales de la CEMAC, tenue le 23 avril 2022, visait ces dernières à présenter à la Banque Mondiale certaines doléances faites dans le cadre de la nouvelle Stratégie d’intégration régionale de la Banque Mondiale en Afrique Centrale et pour la Banque Mondiale ses priorités pour la CEMAC. Rencontre avec la Directrice de l’Intégration Régionale de la Banque Mondiale pour les Régions Afrique et MENA. La rencontre avec la Directrice de l’Intégration Régionale de la Banque Mondiale pour les Régions Afrique et MENA, à laquelle prenait part également la BEAC, s’est tenue le 23 avril 2022. Elle visait principalement pour la Commission de la CEMAC et la BEAC de présenter leurs priorités à court terme et les perspectives de collaboration future avec la Banque Mondiale. Cette rencontre visait également pour la Banque Mondiale de passer en revue l’état de mise en œuvre de ses projets d’appui au renforcement de l’intégration régionale au sein de la CEMAC. De cette rencontre, l’on retiendra essentiellement que : - La Banque Mondiale dispose d’un portefeuille de 17 milliards de dollars pour l’intégration régionale en Afrique ; - La Banque Mondiale est en train d’analyser les voies et moyens de l’adoption d’une approche régionale pour les projets relatifs à l’accès aux vaccins et la préparation aux pandémies ; Le Projet de Renforcement des Capacités des Institutions Financières de la CEMAC (UFRIF 2), dont la revue à mi-parcours est intervenue en octobre 2021, connaît un bon état d’avancement pour ce qui est de sa mise en œuvre. Séminaire de haut niveau sur la CEMAC Le Séminaire de haut niveau sur la CEMAC, tenu le 22 avril 2022, regroupait autour du Directeur Général Adjoint du FMI, Son Excellence Okamura, et du Directeur du Département Afrique du FMI, Monsieur Abebe Aemro Selassie, les Ministres ainsi que les Premiers Responsables des Institutions Régionales de la CEMAC. Il visait à faire le point sur la stratégie régionale de rétablissement de la soutenabilité économique et financière de la CEMAC dans un environnement de risques et d’opportunités accrus ainsi qu’à échanger sur la contribution des Autorités nationales et régionales audit redressement. Au cours de cette rencontre, le FMI a relevé que bien que la remontée des cours du pétrole constitue une opportunité pour la CEMAC, la Région reste soumise à bon nombre d’incertitudes, notamment celles découlant de la persistance de la crise sanitaire et des répercussions géopolitiques et économiques du conflit entre l’Ukraine et la Russie. Il a à cet égard exhorté la CEMAC de profiter de la remontée des cours du pétrole pour la reconstitution des marges de manœuvres budgétaire et extérieure. En outre, deux priorités ont été relevées par le FMI pour la CEMAC. La première priorité est de garantir la crédibilité du régime de change. A cet effet, un accent devrait être mis sur le rétablissement de la viabilité de la dette dans certains pays de la Sous-Région ainsi que sur le rapatriement des recettes d’exportation, y compris les avoirs du secteur public détenus à l’extérieur de la zone. La deuxième priorité est la réduction du déficit budgétaire. Cette réduction passerait par le renforcement de la mobilisation des recettes hors pétrole ainsi que des actions visant une relance économique. Au nombre de celles-ci, figurent l’apurement des arriérés de paiement et l’intensification de la mise en œuvre des réformes structurelles visant une croissance forte, inclusive et durable, tirée par le secteur privé. De leur part, les Autorités nationales et régionales de la CEMAC ont réitéré que l’engagement de la Sous-Région dans la mise en œuvre des réformes n’est plus à démontrer. Elles ont relevé le retour à la normale depuis novembre 2021 de l’orientation de la politique monétaire qui est revenue depuis cette date restrictive. Elles ont mis l’accent sur certains point pouvant permettre le renforcement de la résilience et de la mobilisation des recettes, en l’occurrence la diversification des exportations et la mise en œuvre d’une véritable stratégie d’import-substitution. Face à la montée des pressions inflationnistes, les Autorités nationales et régionales de la CEMAC ont relevé le défi du juste rééquilibrage difficile entre protection sociale, poursuite de la construction des infrastructures régionales et reconstitution des marges de manœuvre budgétaire et extérieure. Elles ont en outre affiché leur disponibilité à poursuivre des discussions avec le FMI sur les mesures visant à juguler l’impact de la crise en Ukraine. Les Autorités nationales et régionales de la CEMAC ont néanmoins esquisser deux axes pouvant permettre de contenir l’impact de la flambée des prix énergétiques et des cours des denrées alimentaires sur le pouvoir d’achat des ménages, à savoir : (i) le relèvement du niveau des transferts monétaires vers les pauvres dans le cadre des dispositifs des filets sociaux, (ii) l’augmentation de l’offre des denrées alimentaires. Réunion du Groupe Afrique II Les Gouverneurs du Fonds Monétaire International (FMI) et du Groupe de la Banque Mondiale pour les pays membres du Groupe Afrique II se sont réunis le 22 avril 2022 à Washington DC sous format hybride, à l’occasion des Assemblées de Printemps 2022 des deux Institutions. Cette réunion du Groupe Afrique II était placée sous la présidence de S.E. Mme Ingrid EBOUKA-BABACKAS, Ministre congolais de l’Économie, du Plan, de la Statistique et de l’Intégration Régionale et Président en exercice du Groupe Afrique II. Elle était consacrée à la prise de connaissance des Rapports des Administrateurs du Groupe Afrique II au FMI et à la Banque Mondiale, de l’état de souscription et de paiement des parts issues de l’augmentation des capitaux de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) et de la Société Financière Internationale (SFI), ainsi que des développements récents et perspectives économiques en Afrique Subsaharienne. De l’exposé du Département Afrique du FMI consacré aux développements récents et perspectives économique en Afrique Subsaharienne, il ressort principalement que l’effet du conflit entre l’Ukraine et la Russie risque de se faire ressentir fortement en Afrique. Les répercussions de ce conflit se font ressentir à travers trois canaux : la flambée des prix des denrées alimentaires, la hausse des prix des combustibles et le resserrement des conditions financières mondiales. Le durcissement des coûts de financement dans un contexte où la Région Afrique Subsaharienne a besoin de refinancer une partie de sa dette constitue un risque majeur. Bien que la croissance dans la Région a repris fortement pour se hisser à 4,5% en 2021 et devrait se consolider à 3,8% en 2022, il est observé une disparité énorme entre les différents groupes de pays constituant la Région. Cette reprise est fortement tirée par les pays exportateurs de pétrole. De plus, la montée des tensions sociales et de l’instabilité politique sur fond d’accentuation des risques d’insécurité alimentaire constituent des sources d’inquiétude. Trois grandes priorités se dégagent à court terme pour la Région : (i) trouver un compromis entre croissance et inflation, autrement dit comment contenir l’inflation sans remettre en cause la reprise post-pandémie (ii) gérer les pressions sur les taux de change, découlant du resserrement des conditions financières dans les pays avancés, (iii) réduire la vulnérabilité liée à la dette. Au terme des travaux, les Gouverneurs du Groupe Afrique II se sont résolus de se retrouver à nouveau dans le cadre de leur prochaine Réunion le 15 octobre 2022 à Washington DC. Ils ont en outre pris acte de l’information de la tenue à Marrakech du 04 au 06 juillet 2022 de la prochaine Réunion du Caucus africain.

Assemblées de Printemps 2022 du FMI et de la Banque Mondiale