La   CEMAC   subit   les   effets   d’une   nouvelle   crise,   liée   à   l’effondrement   des   cours   des   matières  
premières.  La  chute  du  cours  du  pétrole  brut  a  perturbé  les  équilibres  macroéconomiques  des  Etats  
membres  et  détérioré  les  perspectives  de  croissance  à  court  et  à  moyen  termes,  en  provoquant  une  
aggravation  des  déficits  des  balances  des  paiements  nationales  et  régionales et  une  forte  diminution  
des  réserves  de  change.  
Cette  situation  met  en  évidence  la  grande  vulnérabilité  de  la  CEMAC.  La  mise  en  œuvre  de  mesures  
rapides  et  volontaristes,  conjoncturelles  mais  aussi  structurelles,  est  aujourd’hui  impérative,  tant  au  
niveau   national   que   régional.   Ces   mesures   doivent   être   coordonnées   et   harmonisées   afin   que   la  
Communauté  bénéficie  pleinement  des  effets  positifs  de  l’intégration.  Les  Chefs  d’Etat  de  la  zone  ont  
défini   en   décembre   2016   à   Yaoundé   des   orientations   pour   la   sortie   de   crise   et   ont   confié   au  
Programme  des  Réformes  Économiques  et  Financières  de  la  CEMAC  (PREF-­‐CEMAC),  mis  en  place  par  
ces  derniers  en  juillet  2016,  le  suivi  des  mesures  prises.  

Le   présent   document   présente   une   série   d’actions   à   mettre   en   œuvre   pour   stabiliser   le   cadre  
macroéconomique   et   opérer   une   transformation   structurelle   des   économies   de   la   CEMAC  
permettant  de  mettre  en  œuvre  le  potentiel  considérable  de  développement  du  secteur  privé  dans  la  
région.   Ce   programme   a   été   élaboré   sur   la   base   de   la   matrice   des   actions   et   mesures   du   PREF-­‐
CEMAC,  ayant  déjà  fait  l’objet  d’un  examen  préalable  par  le  Comité  de  pilotage  dudit  programme.  Il  
est   organisé   en   cinq   piliers   :   politiques   budgétaires,   politiques   monétaires   et   système   financier,  
réformes   structurelles,   intégration   régionale,   coopération   internationale.   Ce   document   est   aussi  
destiné  à  servir  de  cadre  de  référence  à  l’élaboration  des  programmes-­‐pays  que  chaque  État  membre  
devra  négocier  avec  les  institutions  de  Bretton-­‐Woods.